Conclusions
L'enseignant se trouve dans une position délicate où il doit privilégier les acquisitions motrices mais sans être trop autoritaire, faire apprendre l'élève mais en tenant compte de ses aspirations, de ses " besoins", de ses affinités. Il détient pour cela des multitudes d'entrées. Il peut ainsi jouer sur les activités - supports, en faisant autre chose, en mettant l'accent sur l'émotion spécifique de l'APS ou sur l'émotion privilégiée par l'élève ou enfin en construisant l'interdisciplinarité. Il peu jouer sur les contenus, en proposant un savoir accessible et ou un savoir finalisé et ou un savoir fondamental ou bien même faire construire le savoir par les élèves.
Il peut aussi jouer sur les évaluations différentes, évaluer pour faire réussir, systématiser l'auto évaluation ou favoriser la co-évaluation.
A cela s'ajoutent les différentes procédures qu'il peut utiliser: faciliter la réussite de l'élève dans la tâche ou susciter l'intérêt de l'élève, réguler le projet d'apprentissage de l'élève ou alors le responsabiliser.
Il peut jouer sur les formes de groupement en donnant un projet commun, en masquant les différences entre les élèves, en multipliant les rôles ou alors en instaurant le monitorat.
Enfin il peut utiliser les différents types d'intervention magistrale avec soient disparaître, s'imposer, inciter ou bien négocier.

Beaucoup de professeurs d'EPS s'en tiennent à la motivation immédiate de l'élève, en proposant des supports inhabituels ou à l'extérieur de l'enceinte de l'école, en utilisant des médias attractifs, est-ce que cette envie ponctuelle se prolonge sur le moyen terme et débouche sur une attitude plus autonome

Enfin certains enseignants dépassent largement la quête de motivation, ils associent l'élève au processus d'enseignement, ils organisent la dévolution. Mises bout à bout, ces démarches forment une seule stratégie pour parvenir à l'autonomie des élèves.

contact
emmanuel.laval@wanadoo.fr