Désir, Intérêt, sens
Nous sommes en permanence à la recherche du sens, du sens dans l'existence, du sens dans une vie professionnelle, et on peut faire l'hypothèse que les élèves, qu'ils soient en échec ou en réussite, s'interrogent de manière constante sur la recherche du sens. Par contre le concept de désir et le concept d'intérêt ont probablement à voir avec l'apprentissage. On dira qu'un élève est en échec parce qu'il ne montre pas d'intérêt en classe pour apprendre, parce qu'il n'est pas motivé. Les élèves qui sont alors qualifiés de résignés ou de blasés, semblent appartenir à ces élèves qui n'ont pas d'intérêt pour la chose scolaire. L'apprentissage a donc sans doute à voir avec l'intérêt que l'on peut manifester en classe à apprendre.
En ce qui concerne le concept de désir, on peut dire que, le désir que l'on peut investir dans une discipline, à l'enseigner ou à l'apprendre quand on est élève, renvoie à des dimensions psychologiques structurantes de nos personnalités. Parler du désir dans l'apprentissage, c'est sans aucun doute parler de pulsion, parler d'un rapport irrationnel avec quelque chose qui est un objet de savoir. Et parler du désir dans l'apprentissage, c'est parler de quelque chose qui " pousse à " … davantage que de quelque chose qui " tire vers ". 
Deuxième concept, le concept d'intérêt. Si le désir pousse, l'intérêt tire… Quand on parle d'intérêt,  on évoque une prise de distance par rapport à l'action.  Si le désir est du côté de la pulsion, l'intérêt est du côté de l'anticipation. Se demander si j'ai intérêt à réussir l'agrégation ou à descendre sous la barre de  la minute au 100 m nage libre, çà m'oblige à anticiper sur les résultats de l'action que je vais entreprendre pour parvenir aux fins que je me suis fixé, alors que le désir n'est pas réellement une activité d'anticipation. . 
En ce qui concerne, le concept de sens, c'est un concept beaucoup plus récent que les deux précédents, même si la notion de sens est une notion très ancienne. Aujourd'hui, on partage en didactique un référentiel commun qui est le référentiel constructiviste. En d'autres termes, le sujet se construit en construisant son objet. Le monde extérieur n'existe pas en dehors du regard que nous portons sur lui.
contact
emmanuel.laval@wanadoo.fr